à m'asseoir sur un banc (Gabriel)

Marcie Howard

 
─ Messages : 43
─ Shillings : 591
─ Avec nous depuis : 23/07/2021
─ Localisation : la Demeure des Howard, à West End à Londres.
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue435/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (435/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Aucune préférence

Voir le profil de l'utilisateur    
à m'asseoir sur un banc

avec @Gabriel de Riquet-Chimay

Penchée sur son carnet, les lèvres plissées et les sourcils froncés, Marcie crayonnait, concentrée sur son travail. Elle occultait sans difficultés les bruits alentours, relevant simplement la tête de temps à autre pour observer sa sœur Madeline qui lisait à même l'herbe un peu plus loin, discutant avec leur chaperon qui ne cessait de se retourner pour s'assurer que Marcie n'avait pas bougé. Elle n'était sans doute pas prête de le faire. Elle aimait le parc parce que les tenues multiples et colorées des passants qui déambulaient autour d'elle avaient de quoi l'inspirer pour ses propres créations.

Son carnet était un fouillis qui lui paraissait pourtant très ordonné. Les mots de ses poèmes se mélangeaient parfois au croquis de patrons qui lui venaient parfois soudainement quand elle écrivait. Elle aimait à vrai dire ce mélange de dessins et de mots qui prouvait que l'un et l'autre l'inspirait tout autant.

Elle était tellement plongée dans ses pensées et son trait qu'elle ne remarqua même pas que quelqu'un venait de s'asseoir près d'elle. Elle resta quelques secondes encore sur son dessin, avant de se redresser un peu pour poser son regard sur sa cadette. Du coin de l'œil alors, elle réalisa qu'elle n'était plus seule et elle se tourna avec un léger sursaut vers le nouveau venu. Oh ! Veuillez m'excuser, Monsieur, je ne vous avais pas remarqué. Il s'était assis presque en silence, comme s'il avait voulu passer inaperçu. Elle ne réussissait ainsi pas à déterminer s'il s'était assis par pure envie de s'asseoir, ou s'il l'avait précisément fait à ses côtés. Puis-je vous aider en quoi que ce soit ? glissa-t-elle avec un petit sourire poli.

Gabriel de Riquet-Chimay

 
─ Messages : 99
─ Shillings : 981
─ Avec nous depuis : 22/06/2021
─ Localisation : Londres, Quartier St James
─ Emploi : Diplomate
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue485/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (485/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Saison 1

Voir le profil de l'utilisateur    
à m'asseoir sur un banc


C'était une matinée ensoleillée, Gabriel avait suivi ses sœurs au parc pour prendre un peu l'air, depuis le bal de la reine, il n'avait pas vraiment eu le temps de s'aérer la tête. Il savait que l'arrivée de sa mère était imminente et cela l'inquiétait, ses frasques n'étaient pas du goût de ses parents et cela pourrait lui coûter bien plus qu'il ne l'aurait voulu. Alors que ses deux sœurs saluaient quelques personnes, il s'était éclipsé. Il n'avait aucune envie de suivre ses sœurs à l'affut des prétendants, il laissait cette tâche avec plaisir à Joseph son ainé. C'est là qu'il remarquait une jeune fille occupée à dessiner sur un carnet.

Il se souvenait l'avoir aperçue au bal de la reine sans lui avoir adressé la parole, il s'asseyait alors à ses côtés et lui adressait un doux sourire. Sa famille occupée à discuter avec d'autres, il était libre pour quelques minutes voir quelques heures pour faire connaissance avec cette mystérieuse jeune fille. Il jetait un œil par-dessus son épaule pour observer ce qu'elle faisait.

- Ne vous en faites pas, je suis seulement curieux. Vous semblez songeuse, que faites-vous ? lui demanda-t-il alors.

Il souriait calmement tout en la fixant, il ignorait qui elle était et pourtant il était curieux de découvrir ce qu'elle cachait sous sa mine timide et mystérieuse. Les Anglaises étaient différentes des françaises et des néerlandaises. Se pourrait-il que cette blonde soit celle qui l'attendait ? Il n'en avait aucune idée mais il savait que s'il ne voulait pas être envoyé à l'armée, il fallait qu'il se calme et qu'il montre son intérêt pour le mariage.

- Je suis le prince Gabriel de Caraman de Riquet-Chimay. Il me semble vous avoir aperçue au bal de la reine. ajouta-t-il sur le même ton calme.

Il savait que les dames étaient souvent curieuses, alors il livrait peut-être un peu trop facilement qui il était. La blonde était-elle du genre curieuse, il se le demandait.




In quaero of verus amor

Marcie Howard

 
─ Messages : 43
─ Shillings : 591
─ Avec nous depuis : 23/07/2021
─ Localisation : la Demeure des Howard, à West End à Londres.
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue435/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (435/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Aucune préférence

Voir le profil de l'utilisateur    
à m'asseoir sur un banc

avec @Gabriel de Riquet-Chimay

Ce n'était pas que Marcie avait délibérément occulté l'apparition soudaine de cette présence à ses côtés, c'était plutôt que plongée dans son carnet, elle ne l'avait tout bonnement pas vu. Sa surprise le trahit d'ailleurs facilement, alors qu'elle eut un léger mouvement de recul en l'apercevant finalement à ses côtés. Pour autant, son étonnement s'effaça rapidement en croisant le regard posé et le sourire léger en face d'elle. Elle se détendit légèrement, consciente qu'elle ne risquait pas grand chose à simplement discuter avec ce jeune homme qui ne semblait pas être d'un âge trop avancé. Pour autant, le geste qu'elle eut de refermer immédiatement son carnet en avisant le regard curieux lui vint presque automatiquement. Elle se mordit alors la lèvre, consciente que cela ne devait pas paraître très respectueux. Pardonnez-moi, je n'ai pas en habitude de laisser entrevoir les pages de ce carnet à quelqu'un que je connais peu. Son contenu me paraît sans doute trop intime. Je dessinais simplement. ajouta-t-elle alors en réponse à sa question. Et il n'est pas rare que cela me fasse oublier de regarder autour de moi. poursuivit-elle avec un petit sourire amusé pour justifier le fait qu'elle était effectivement sujette à être songeuse, encore plus lorsqu'elle était dehors.

Elle sentait les yeux du jeune homme fixement posés sur elle et même si elle se sentait vaguement déstabilisée par cette attention soudaine, elle n'en soutenait pas moins son regard de la même façon, un sourire étirant pareillement ses lèvres. Pour autant, elle ne put cacher son énième surprise en apprenant qu'il n'était pas qu'un simple monsieur. Se reprenant alors avec une pointe de panique, comme si elle entendait la voix de son père la sermonner dans sa tête, elle se corrigea. Mes excuses Votre Altesse, je n'avais pas réalisé que vous étiez... Elle avait failli terminé par "vous" mais il lui semblait que cette phrase aurait manqué d'un brin d'élégance. Poursuivant pour tenter d'occulter sa maladresse, elle rebondit sur le fait qu'il semblait l'avoir aperçue au bal. Je suis flattée d'entendre que vous vous souvenez de moi. Je suis navrée, je n'ai cependant pas souvenir de vous. Réalisant une fois de plus qu'elle se montrait un brin trop honnête, à la limite de la bienséance, elle écarquilla vaguement les yeux. Enfin, je n'entends pas par là que vous n'avez pas marqué mon esprit mais... Etait-ce une impression ou ne cessait-elle de s'enfoncer dans sa bêtise ? Je veux simplement dire que je n'ai pas eu l'occasion de vous apercevoir. termina-t-elle tant bien que mal. Avec une légère grimace, elle reprit en se penchant légèrement vers lui. Pardonnez-moi, quelle piètre impression je dois vous faire. Et c'était là un euphémisme.

Gabriel de Riquet-Chimay

 
─ Messages : 99
─ Shillings : 981
─ Avec nous depuis : 22/06/2021
─ Localisation : Londres, Quartier St James
─ Emploi : Diplomate
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue485/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (485/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Saison 1

Voir le profil de l'utilisateur    
A m'asseoir sur un banc


Gabriel souriait calmement à la jeune fille, il n'était pas très bon en dessin alors il ne pouvait que saluer son talent. Il était admiratif de cette passion qui l'animait, lui n'en a pas vraiment, enfin c'était ce qu'il pensait jusqu'à présent. Pouvait-il se passionner pour quelque chose ou quelqu'un, cela l'intriguait. Il hochait la tête à ses paroles, se montrant presque désolé de s'être montré curieux. Il baissait les yeux puis les détournait ailleurs.

- Désolé de m'être montré si curieux, je trouve cela admirable d'avoir une passion. Depuis quand dessinez-vous ? demanda-t-il calmement.

Il sentait de la retenue dans son regard, lui-même était un peu timide à l'idée de devoir faire la discussion avec une jeune fille qu'il connaissait à peine. Et il ne lui avait même pas adressé la parole au bal de la reine, bien trop occupé à attirer les foudres de Miss Miranda. Pourtant il l'avait aperçu et avait hésité à l'inviter à danser mais il avait du quitter le bal pour ne pas s'énerver face à l'affront du Marquis de Tavistock. Comment justifier qu'il avait eu cette envie sans pour autant le faire, c'était difficile à avouer. Le regard toujours baissé vers le sol, il réfléchissait à ce qu'il pourrait bien dire.

- Je suis désolée de ne pas vous avoir invité au bal. Je voulais le faire mais je me suis laissé distraire. se justifia-t-il alors.

Il marquait une pause avant de reprendre, il ne pouvait pas s'excuser en avouant son oubli mais plutôt en lui promettant une danse au prochain bal, il espérait qu'un bal serait organisé par sa famille dans les jours à venir. L'arrivée de sa mère en ville allait certainement être éprouvante et il connait assez bien celle-ci pour savoir qu'elle organiserait de nombreuses réceptions pour redorer la popularité de la famille.

- J'espère tout de même avoir une danse avec vous une prochaine fois si vous le voulez bien. ajouta-t-il, le regard tourné vers elle cette fois.

Il avait plongé son regard dans le sien pour guetter ses émotions, il essayait de deviner ce qu'elle ressentait alors, était-elle excitée à l'idée de danser avec lui ? Ou bien ignorante, il espérait qu'elle ne le soit pas, il ne voulait pas être un simple prétendant au milieu d'une armée de prétendants.




In quaero of verus amor

Marcie Howard

 
─ Messages : 43
─ Shillings : 591
─ Avec nous depuis : 23/07/2021
─ Localisation : la Demeure des Howard, à West End à Londres.
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue435/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (435/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Aucune préférence

Voir le profil de l'utilisateur    
à m'asseoir sur un banc

avec @Gabriel de Riquet-Chimay

Si le sourire de celui qui venait de s'imposer à ses côtés avait de quoi apaiser la nervosité tout d'abord ressentie par la jeune femme, son intérêt appuyé pour son carnet l'avait quelque peu braquée sans qu'elle ne parvienne à retenir sa réaction. Elle avait presque eu l'impression de lui refermer une porte sous le nez mais c'était que cette dernière était un brin trop intime pour qu'elle ne le fasse pas presque naturellement. Cependant, il fallait admettre que le jeune homme reconnaissant son tort, Marcie avait finalement de quoi se détendre et oublier ce petit détail qui n'avait visiblement plus grand chose d'important. Oh, je vous avoue avoir commencer très tôt. L'art en général est quelque chose qui m'attire beaucoup. Elle n'osait pas encore aller jusqu'à lui détailler son attrait particulier pour la couture, chose qu'on imaginerait peu pour une jeune fille de rang assez élevé. Presque inconsciemment, elle tritura un instant ses mains, les glissant presque sous les tissus de son jupon, les remarques taquines de sa mère lui revenant : elle ne cessait jamais de lui faire remarquer que même le violon laissait ses marques sur la peau de ses doigts. Vous n'avez donc aucune passion ? Peut-être n'avez-vous simplement pas trouver celle qui saurait vous convenir et vous transcender. Elle n'avait pas émis le moindre jugement mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire que sa vie devait être bien plate s'il n'avait jamais su trouver quelque chose pour la rendre plus pétillante.

Les joues encore rougies par son erreur et ses piètres réponses, Marcie tenta de reprendre contenance, même quand le prince lui avoua avoir hésité à lui offrir une danse. Était-ce parce qu'elle lui trouvait un petit quelque chose très attirant qu'elle sentit quelques frissons lui parcourir l'échine ? Oh, vous n'avez pas à vous excusez, Votre Altesse. Elle se retint d'ajouter qu'elle était tout à fait consciente que bon nombre de beautés bien plus édifiantes que la sienne avaient dû avoir toute l'occasion de le distraire, effectivement, mais elle s'en abstint, bien heureusement. Sans doute était-ce au souvenir de toutes ces jeunes femmes éblouissantes que Marcie se sentit particulièrement surprise de se voir invitée. Vraiment ? Je veux dire, ce serait avec grand honneur et grand plaisir, Votre Altesse. Elle n'avait guère eu l'occasion de danser mais la musique étant loin d'être une chose qui lui déplaisait, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un brin d'impatience à l'idée de pouvoir danser en compagnie du prince.

Le regard de ce dernier profondément ancré dans le sien, Marcie sentit son cœur balbutier un instant. Elle n'avait pas l'habitude qu'on lui jette de tels regards, ni qu'un jeune homme, quel qu'il soit, la regarde avec autant d'insistance. Elle ne savait pas bien comment l'interpréter et préférer se dire que ce n'était que par pur échange social, plutôt que par intérêt quelconque au risque de se voir déçue. Les doigts pianotant sur la couverture de son carnet, auquel elle semblait désespérément se raccrocher, elle reprit avec un sourire, le regard tourné vers lui. Etes-vous ici pour accompagner quelqu'un ou profitez-vous simplement de l'air frais du parc ?

Gabriel de Riquet-Chimay

 
─ Messages : 99
─ Shillings : 981
─ Avec nous depuis : 22/06/2021
─ Localisation : Londres, Quartier St James
─ Emploi : Diplomate
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue485/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (485/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Saison 1

Voir le profil de l'utilisateur    
A m'assoir sur un banc


Gabriel écoutait la jeune femme avec attention, il appréciait sa voix si douce et son visage fin. Il savait qu'il ne devait pas faire d'écart et peut-être que courtiser une jeune fille le remonterait dans les hautes sphères de la célèbre Miss Miranda. Il ne pouvait que saluer sa passion, il ne s'était jamais demandé s'il en avait lui-même, il appréciait les langues étrangères mais de là à appeler ça une passion il n'était pas sûr. Il hochait alors la tête à ses paroles tantôt positivement et négativement.

- Je suis doué en langues étrangères mais je n'irais pas dire que c'est une passion, je les apprend car je voyage beaucoup à travers l'Europe. répondit-il calmement.

La vie de prince n'avait rien d'intéressant, il se devait de suivre le protocole sans cesse et on ne pouvait pas dire qu'il égalait à la tâche, bien au contraire. Parfois il se surprenait à vouloir être quelqu'un d'autre, à découvrir des nouvelles choses et oublier qu'il a un tas de responsabilités. Il sentait qu'elle était gênée par toutes ses questions, il se sentait gêné à son tour de la mettre ainsi mal à l'aise, ce n'était pas son intention.

- En réalité, la vie de prince me prend beaucoup de temps alors j'ai peu de temps pour découvrir véritablement le monde qui m'entoure. confia-t-il, presque désolé.

Il baissa un instant les yeux avant de les tourner à nouveau vers la blonde qui se montrait clémente face à son erreur de ne pas l'avoir invité au bal, il comptait bien la rattraper et lui montrer qu'elle était digne d'être invité par des jeunes hommes. Elle était jolie et agréable à regarder, n'importe quel jeune homme serait comblé de danser avec elle, il en était certain. Et il espérait avoir ce privilège un jour.

- N'importe qui serait un idiot de ne pas vous inviter et je l'ai été moi-même. Je compte bien rattraper mon erreur. s'enquit-il sur un ton désolé.

Il ne la connaissait que depuis quelques minutes mais le temps semblait s'être arrêter au fur et à mesure qu'il plongeait son regard dans le sien. Il n'avait aucune idée de ce qui était en train de lui arriver, des légers frissons lui parcouraient dans tout le corps. Un regard en coin et il sentait son corps le dérober, elle était si belle quand elle souriait. Il balbutia alors en la fixant.

- Je n'y manquerait pas au prochain bal auquel nous participerions tous les deux. promit-il.

Il n'avait pas quitté son regard, plongeant ses yeux dans les siens comme pour sonder ce qu'elle pouvait penser. A sa question, il tournait le regard vers ses deux sœurs qui discutaient avec des jeunes hommes.
- Je suis venue accompagner mes soeurs, je dois les surveiller mais discuter avec vous est bien plus intéressant. ajouta-t-il pour répondre à sa question.




In quaero of verus amor

Marcie Howard

 
─ Messages : 43
─ Shillings : 591
─ Avec nous depuis : 23/07/2021
─ Localisation : la Demeure des Howard, à West End à Londres.
 
Cartes de visite
─ Réputation:
à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Left_bar_bleue435/1000à m'asseoir sur un banc (Gabriel) Empty_bar_bleue  (435/1000)
─ Type de personnage: permanent
Saison: Aucune préférence

Voir le profil de l'utilisateur    
à m'asseoir sur un banc

avec @Gabriel de Riquet-Chimay

Vraiment ?! demanda-t-elle avec un peu trop de précipitation, le regard brillant, quand elle l'entendit dire que non seulement il appréciait les langues étrangères, mais qu'en plus de cela il avait eu l'occasion de voyager à travers l'Europe. Pardonnez mon entrain, ajouta-t-elle avec un petit sourire gêné. J'adorerais pouvoir voyager et découvrir d'autres paysages et d'autres cultures. Mon frère aîné est très bon en langues également et je prends toujours beaucoup de plaisir à ce qu'il m'y initie un peu. Elle n'avait que quelques bases de français et d'allemand mais c'était toujours ça à ses yeux. Apprenant alors que c'était surtout son rôle de prince qui lui prenait le temps qu'il aurait pu offrir à découvrir ce qui aurait pu lui plaire, Marcie hocha la tête, compréhensive. Je comprends mieux. Je ne saurais imaginer ce que cela représente comme difficultés pour vous mais... Si l'envie vous prend de découvrir certaines choses que vous n'aviez jamais pu découvrir avant, je serais enchantée de pouvoir vous y aider. avoua-t-elle avec un sourire sincère. Venait-elle réellement de lui proposer de passer du temps avec elle ? Il lui semblait que oui et au final, cela ne la dérangeait pas.

Elle rougit brusquement en l'entendant se présenter comme un idiot qui avait manqué l'occasion de l'inviter à danser. Elle ne se souvenait pas être si sensible aux compliments mais il fallait avouer qu'elle n'en avait jamais vraiment reçu qui venaient d'autres personnes que de sa famille. Oh, je vous en prie Votre Altesse, ne vous qualifiez pas d'idiot. Vous ne l'êtes aucunement et je ne mérite pas que vous vous considériez ainsi. s'empressa-t-elle de dire, un peu gênée. Puis, reprenant avec un sourire, elle ajouta néanmoins. Cependant, je serais ravie de vous voir rattraper "cette erreur", comme vous dites. Elle n'avait sans doute pas manqué d'audace mais cela se ressentait à la rougeur toujours présente sur ses joues. Surtout qu'en dehors de leur échange verbal, leurs regards ne se quittaient pas et il semblait à Marcie que le prince la fixait avec une certaine intensité. Sans doute celle qu'elle devait lui afficher également. Je retiens cette promesse dans ce cas, termina-t-elle lorsqu'il la réitéra.

Ils ne s'étaient toujours pas quittés du regard, jusqu'à ce que le prince ne détourne la tête vers ses sœurs lorsque Marcie l'interrogea à ce sujet. Elle eut un rire amusé alors qu'elle faisait mine de le frapper légèrement sur le bras avec son carnet. Voyons, Monsieur ! Je suis sûre qu'elles sont adorables et passionnantes. Tournant alors la tête vers sa propre sœur, Madeline, elle croisa son regard attentif et rieur, avant qu'elle ne se détourne en gloussant vers leur chaperonne, assise à ses côtés dans l'herbe. Pour ce qui est de la mienne, elle ne semble pas manquer une seule seconde de notre échange. glissa-t-elle en riant.

Contenu sponsorisé

 
 

   

 
TopBot